Tu es une maman merveilleuse

A toi qui t’es jetée sur cet article comme un marcheur se jette sur un point d’eau en plein désert,
Toi qui, malgré le fait d’être maman, ressens parfois un mal être récurrent,
Toi qui aimerais être complètement présente,
Toi qui aimerais faire plus que réussir à coucher à l’heure ton enfant,
Toi qui aimerais oublier tout le reste quand ses yeux se plongent dans les tiens.
Toi qui aimerais lui donner un bel exemple,
Etre calme, heureuse, joyeuse en toute circonstance,
Toi qui craques parfois,
Qui te poses mille questions,
Toi qui oublies volontairement les médicaments parce qu’il n’aime pas les prendre,
Toi qui as envie de dire FUCK à ceux qui commentent ta façon d’être maman, mais dont la bouche reste fermée la plupart du temps,
Toi qui te recroquevilles quand les autres te disent quoi faire de différent,
Quand la nounou te laisse entendre qu’il faudrait, qu’il pourrait, que ce serait bien si…
Qui culpabilises de tout mettre de côté pour lui : tes projets, tes abdos, ton boulot, tes engagements
Toi à qui l’on dit « tu es trop collée à lui », « avec nous il est moins capricieux », « tu devrais être plus ferme parce que la vie c’est dur tu sais »,
Toi qui te sens criminelle quand parfois tu oses le faire dormir dans ton lit, collé à toi toute la nuit.
Toi qui culpabilises quand quelqu’un veut bien prendre le relais.
Ecoute bien cela : TU ES UNE MAMAN MERVEILLEUSE. Tu es une maman merveilleuse. Respire. Relis.
Écris le et relis le tous les jours jusqu’à être rassasiée
Et souris à tout le reste.
Parce que c’est vraiment trop demander que de recevoir de temps en temps un compliment,
Parce que nous ne sommes entourés que de gens qui ne voient que ce que tu fais d’insuffisant,
Dis leur qu’il n’y à que toi qui sais. Parce que tu es sa maman !
Dis leur de se taire pour entendre enfin ce que te crient tes trippes,
Que PUTAIN on s’en fou qu’il parle moins avec sa tétine parce qu’il va bien finir par en dire des conneries,
Que l’on s’en fou qu’il mette du temps à marcher parce qu’il en fera bien assez tôt des kilomètres dans le métro.
Tiens, prends en encore un peu : TU ES UNE MAMAN MERVEILLEUSE