Histoire d'amitié

Histoire de Léa

Hier soir 21h. Ma Joséphine est couchée. La cuisine est à peu près rangée. La vaisselle attendra demain. Des bouts de pâte à modeler sont restés sous la table et se préparent à sécher doucement le temps de la nuit. Mon sac de la journée est posé dans l'entrée. Les feuilles, stylos, cahiers glissent et sont prêts à venir se vautrer sur le parquet. La maison est calme. Je vois plein de choses à faire pour que tout soit en ordre mais je m'écroule. Je m'écroule sur mon lit. La fatigue me submerge. Je suis bien allongée sur la couette. Je regarde le plafond et je me dis que j'ai un toit au dessus de ma tête, que ma petite fille dort paisiblement dans son lit et que rien d'autre n'a d'importance.

Mon téléphone sonne. C'est Paule, mon amie d'enfance. Cela fait plusieurs semaines... mois, que nous n'avons pas eu de belle conversation, que nous n'avons pas partagé un moment d'intimité ensemble. Elle a une voix douce. Je l'imagine comme moi allongée sur son lit. Les bras relâchés. Elle me dit qu'elle a quelque chose à me dire, que ce n'est pas agréable. Qu'elle doute car elle sait que chacune vit son lot de difficultés. 
Je lui dis que je suis au repos et dans de bonnes conditions pour l'écouter. Elle se lance et m'explique qu'il lui manque quelque chose. Qu'elle se sent mal. Qu'elle aimerait plus d'attention de ma part. Plus de partage, de moments d'intimité dans la joie ou la difficulté. Elle manque d'intérêt de ma part. Elle doute. Se dit que sa vie ne doit pas m'intéresser. Son doute la rend triste. Et la tristesse se transforme peu à peu en colère. Paule voit cette colère grandir en elle. Et plutôt que de la laisser prendre toute la place elle m'appelle. 

Je suis calme. J'écoute sa voix douce. Je comprends ce qu'elle ressent. Les choses dont elle parle décrivent la réalité. Je sens son émotion.
Je lui dis que j'entends ce qu'elle me dit. Que cela fait écho chez moi. Que je reconnais ne pas prendre souvent de ses nouvelles. Apprendre toujours après coup ses difficultés, ses maux, ses périodes compliquées, ses joies. 
Plus je parle et plus je sens que Paule a le sourire. Je le vois même si seule sa voix me parvient. Elle me dit qu'elle se sent mieux. Que cela n'a pas été facile.

J'ai probablement un travail à faire sur moi. Comprendre pourquoi je ne lui accorde pas plus d'attention. Qu'est ce qui m'empêche de prendre mon téléphone et de l'appeler pour prendre de ses nouvelles. Je n'ai pour l'instant pas de réponses à ces questions.

Mais ce que Paule a fait ce soir est pour moi le plus beau geste d'amitié que j'ai pu connaître. Elle a senti une douleur, un grain de sable dans notre relation. Elle a réfléchi à ce qui lui manquait. Elle est allée chercher de la force au fond d'elle pour m'appeler et m'exprimer son besoin. Elle l'a fait quand elle a senti que ce n'était plus juste pour elle. Plus respectueux. Et elle est restée douce. Elle a exprimé son besoin sans rien attendre en retour. Dans le respect de ses propres besoins et de notre amitié.
Je ne sais pas ce qui se passera ensuite. Mais je garderai toujours en souvenir ce beau geste d'amitié.

Grâce à Paule ce soir je comprends ce qu'est l'amitié pour moi : partager des moments d'intimité, joyeux ou moins joyeux. Et se respecter. Dire à l'autre quand un de nos besoins n'est plus respecté. Et lâcher prise sur ce qui peut se passer ensuite.

Ce soir sur mon lit, toujours relâchée, j'ai dit à Paule combien je la remerciais pour sa douceur et son geste. Pour son courage. Combien j'accueillais son besoin. Et combien je tenais à notre amitié.

J'ai posé le téléphone par terre et je me suis endormie. Consciente d'avoir appris quelque chose d'important aujourd'hui.

 

Avec l'histoire de Léa, j'ai envie de partager la beauté d'une relation d'amitié qui évolue, grandit, s'adapte. C'est une belle histoire. 
Ce n'est pas toujours facile de vivre ses relations amicales, professionnelles, de couple dans la joie et la sérénité. J'aime accompagner les gens dans leurs relations et les aider à faire le chemin pour re-rencontrer l'autre. 

Tu as des relations compliquées avec un proche, un collègue, un client... C'est important pour toi. Cela prend de la place. Tu y penses souvent. Tu aimerais que ça change. 
Je te propose quelque chose : on se retrouve 1h dans un endroit calme, tu me décris ce que tu penses, ressens et je t'aide à trouver en toi le chemin pour résoudre ta question. Mais on ne se connaît pas. Tu n'as probablement pas envie de parler à une inconnue. Alors je te propose que notre première heure ensemble soit gratuite. 

Pour en savoir plus, c'est ici : COACHING INDIVIDUEL